4) Une clé

L’amour pour Jésus Abandonné occupe une place centrale dans la vie de Chiara Luce Badano. Ce “nom” revient souvent dans ses lettres et ses conversations avec ses amies. À 12 ans, Chiara a déjà percé le mystère du christianisme.

La chose la plus importante – Novembre 1983 – Lettre à Chiara Lubich

La chose la plus importante pour moi, durant ce congrès, a été la redécouverte de Jésus Abandonné. Avant, je le vivais de manière plutôt superficielle, et je l’acceptais en m’attendant à trouver la joie ensuite. Mais à ce congrès, j’ai compris que je me trompais totalement. Je devais non pas l’instrumentaliser, mais l’aimer, rien de plus. J’ai découvert que Jésus Abandonné est la clé de l’unité avec Dieu, alors je veux le choisir comme premier époux et me préparer pour le moment où il viendra. Le préférer! (in “Io ho tutto”i 18 anni di Chiara Luce, Città Nuova Editrice)

Au lit avec la varicelle – J’étais au lit avec la varicelle, et l’idée de ne pas pouvoir participer à la rencontre m’attristait beaucoup. J’ai prié. Je l’ai reconnu: c’est Lui, Jésus Abandonné.

J’offre tout pour la rencontre.

Février 1984 – Lettre de Chiara Luce à Ivanna

Un mois à la maison, adieu l’école – Comme tu as dû l’apprendre, je suis tombée malade.

Deux jours après ma confirmation, j’ai été obligée de rester seule à la maison, en en plus, au lit avec la fièvre. J’ai “perdu” un mois d’école. Cela a été très dur pour moi. Je me disais: évidemment, il fallait que cela m’arrive à moi! À l’école, les autres ont déjà fait deux contrôles, et moi, je reste à la traîne. Mais aussitôt, j’ai pensé: “Pour moi, c’est Jésus Abandonné, et je dois l’aimer le plus possible.” C’est ce que j’ai fait. Deux jours plus tard, j’ai appris que le papa d’une de mes camarades était mort.

Je me suis alors dit: mon chagrin est bien peu de chose comparé à celui de mon amie, et j’ai recommencé.

Novembre 1984 – Lettre de Chiara Luce à Ivanna

Lien Permanent pour cet article : https://www.chiara-luce.fr/?p=166